Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:33

Un weekend en poésie avec Albert, nous nous  sommes amusés à écrire ce sonnet  inspiré par cette traversée .

Un délicieux exercise, guidée par mon père de Coeur et d'écriture, merci Albert ...

Bac Nantes

 

EMOTIONS  SUR  LE  FLEUVE

 

Qu’il fait bon d’être au soir auprès de toi Marie !

Entraînés sous un ciel tourmenté en couleurs,

Nous nous laissons porter sur les courants berceurs ;

La lumière y chatoie comme font pierreries.

 

L’amphidrome se meut hors la berge assombrie.

Il s’écarte, frémit, se faisant oppresseur.

 Las ! le trouble te gagne affichant ta pâleur

Accentuant vers toi ma présence attendrie.

                            

Mais la Loire est franchie et le bac accosté.

De ton pas raffermi, tes émois écartés,

Tu te sens libérée sur la terre conquise.

 

J’apprécie de te voir au  curieux lieu-dit,

Dans ce cadre agréable à la douceur exquise,

Que je ne sais pourquoi l’on nomme « Paradis ! ».

 

                                       Mamoune et Albert  15 Avril 2012

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 07:16
En ballade au  bois du fou dans le pays Nantais le weekend dernier, je me suis amusée avec ce gentil papillon !
N'ayant pas eu assez de temps pour composer, je vous propose la poésie suivante!Papillon

 Le papillon

 


Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l'aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S'enivrer de parfums, de lumière et d'azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S'envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté!

 

Alphonse de Lamartine

Papillon.2jpg

Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 07:09

Nous sommes au premier jour du printemps, je vous présente mon poème écrit l'année dernière .

Une pensée pour les personnes endeuillées.


je vous souhaite une agréable lecture!

 

 



Les charmes du printemps!

 

 

Narcisses et jonquilles, en ce jour prometteur

 

Dégrafent lentement leur léger corset ,vert tendre,

 

Laissant apparaître en leur sein aguicheur,

 

leurs corolles froissées ,après un hiver à pierre fendre!

 

La tulipe intriguée , entraîna la jacinthe ,

 

Dans leur folle hérésie ,pour une danse,

 

féerique , sensuelle et frénétique ...

 

La pivoine à peine réveillée, déploya ses jupons.

 

Dans tout le parterre en folie ,

 

Le mot fut soufflé par une douce brise ;

 

Défilez belles fleurs ,aux couleurs du printemps!

 

Laissez envoler vos parfums envoûtants!

 

Sous les rayons caressants du soleil rougissant !

 

Les oiseaux dans une harmonie lumineuse,

 

S' immisçèrent à cette symphonique farandole .

 

Le crocus devant ce spectacle ,s'évanouit de plaisir!

 

Et la rosée ébranlée par tant d' activité,

 

S'en fut discrètement, jusqu'au lendemain !

 

 

 

 DSCN2757 DSCN2760    

DSCN3106.JPG

 DSCN3095.JPG  

             

 

 

 

 

          

Repost 0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 06:00

farniente.JPG  

                                                      Far-niente



Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
La chenille traînant ses anneaux veloutés,
La limace baveuse aux sillons argentés,
Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

 

                                                                                                              Théophile Gautier Premières Poésies

Repost 0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:16

J'aime la nature, 

elle nous apporte tellement quand on sait la contempler,

aujourd'hui, je vous propose ce poème d'Arthur Raimbault...

 

 

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue,
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.


Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irais loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud

crocus mars 2012

                                                       

Je vous souhaite un 

Très bon Dimanche

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 04:30

Ce poème est écrit par un auteur que j'ai rencontré lors d'un salon du livre, cet homme est handicapé suite à une maladie et ne peut plus se servir de ses mains, il dicte les textes à sa femme qui les écrit , leur courage m'a touché, je leur ai promis de publier un des poèmes de son recueil ...

la vieille dame

photo prise dans un salon de  thé à Metz.

 

Tous les jours de bon matin

Elle partait canne à la main

Pour aller chercher son pain

A la boulangerie du coin

 

Je la croisais très souvent

Sur le trottoir de ciment

Et tout en me saluant

Elle me souriait gentiment

 

Ses yeux brillaient de gentillesse

Son sourire et sa faiblesse

Nous donnait l’ivresse

De l’adorer comme une déesse

 

Quand elle a déménagé

Nous avons tous regretté

La vieille dame âgée

Qui nous donnait l’envie d’aimer.

 


Francis Cluzeau

cliquez sur ce nom pour retrouver son blog, merci pour lui

 

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 22:59

 

Je suis comme je suis

Je suis faite comme ça

Quand j’ai envie de rire

Oui, je ris aux éclats

J’aime celui qui m’aime

Est-ce ma faute à moi

Si ce n’est pas le même

Que j’aime à chaque fois

Je suis faite comme ça

 

Que voulez-vous de  plus

Que voulez-vous de moi


Je suis faite pour plaire

Et n’y puis rien changer

 

Mes talons sont trop hauts

Ma taille trop cambrée

Mes seins beaucoup  trop durs

Et mes yeux trop cernés

Et puis après

Que-ce que ça peu vous faire ?

Je suis comme ça

Je plais à qui je plais

 

Qu’est-ce que ça peut vous faire

Ce qui m’est arrivé

Oui j’ai aimé quelqu’un

Qui quelqu’un m’a aimée

Comme les enfants qui s’aiment

Simplement savent aimer

Aimer aimer



Pourquoi me questionner

Je suis là pour vous plaire

Et n’y puis rien changer

 


Jacques Prévertcouple3

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 05:53


 

Mort dans la rue

 

Comme d’habitude, il allait dormir dans la rue…

Son chien tapi auprès de lui.

Comme d’habitude le froid sera vite accru,

A moins que tombe la pluie.

 

Soir de novembre sans pitié pour les exclus !

Que montre ta lumière pâle ?

Un visage rougeaud sous des pattes velues,

Un corps recouvert d’habits sales.

 

Il est étalé sur le trottoir, sans pudeur,

Dans son manteau pour couverture.

Il est sans illusion, il n’est plus quémandeur,

Ce soir, c’est fini l’aventure…

 

Las d’implorer il a cessé de regarder…

…n’entend plus les bruits de la ville.

Il méprise la faim qu’il ne peut amender.

Qu’importe son air incivil.

 

Les gens passent pressés détournant le regard,

Feignant d’ignorer l’infortune,

Craignant l’apitoiement sous les yeux hagards.

Oh ! que nul regret n’importune !

 

Puis le froid saisit d’un lâche engourdissement .

Le vagabond va s’endormir…

S’abandonner et dormir… glisser, sans tourment.

Ainsi passa-t-il sans gémir.

 

Par plainte le chien fit office des morts .

Ce fut toute la différence .

Montrant des sentiments, on eut quelques remords,

Vite effacés d’indifférence…

 

On parle souvent des morts dans la rue quand il fait froid,

mais  en réalité on meurt toute l’année…

On meurt d’affaiblissement,

De manque de sommeil,

D’être inutile,

..que personne n’attend rien de nous .


 

Ce poème est écrit par mon ami  Albert Blanchard, auteur de Nantes..


"On meurt, devant les regards qui se détournent.

En fait, la mort vient profondément du manque de lien social,

Et là-dessus on est tous concernés.,

Cécile Roca

sur France-Inter"

 

hiver 2012-3

 

 

 

 

Repost 0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:13

 

Ce poème, je l'ai écrit l'année dernière, nostalgique de l'enfance où tout est rêve, magie et pureté......

 

 

Mais qui est donc ce Père Noël?

 

 

 

Rêve éphémère, la magie du Père Noël

 

Effet de mère transformée en Père Noël

 

La fée mère, changée pour une nuit en homme,


 

Qu'as tu fais de mon rêve, mère tu m'étonnes !


 

Café sur la cheminée, était illusion !

 

Minuit passé tous les cinq nous dormions !

 

Matin au réveil ,ce magicien des enfants

 

Avait , discrètement, déposé ces présents,

 

Mon rêve envolé recevant ma poupée

 

Son premier vêtement vite je lui ai créé!

 

Le monde de l'enfance très tôt j'ai quitté ,

 

Pull et jupe plissée, la tenue de printemps

 

cette belle poupée j' ai gardé précieusement

 

A mon tour maintenant , Noël des p'tits enfants

 

D'animer et d'aimer la magie «  parfois brève »

 

Joyeux Noël , sans plus jamais de trêve pour les rêves.


DSCN8764                  photo prise à Angers, une partie du  grand théatre illuminé..

 

 

 

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 07:07

DSCN8854.JPG

DSCN8264.JPG

 

 

Arrière saison

Ultime douceur d'été

Tombent les feuilles,

Oranges et rouilles colorées

Marrons fracassés sur le sol tapissé 

Noël y seront dégustés

En farce ou glacés

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Mamoune
  • Le blog de Mamoune
  • : Le blog d'une jeune mamie de 50 ans... je vais vous faire voyager dans mon univers de couture, cuisine et de mamie!
  • Contact

Profil

  • Mamoune
  • Jeune mamoune dynamique,manifestant des signes de curiosité, créatrice, intellectuelle, et philosophique.j'aime le contact, écouter, partage et  transmettre mes connaissances
  • Jeune mamoune dynamique,manifestant des signes de curiosité, créatrice, intellectuelle, et philosophique.j'aime le contact, écouter, partage et transmettre mes connaissances

Recherche

Mamoune chez Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez mamoune-marie sur Hellocoton